Raphaël Dormoy

Littérature, écriture

Page 2 of 26

24.07.2020

Le lourd débit, ici on n’entend rien.
Je m’accroche à la vie comme une algue. 
Accepter d’être cette eau ; de croître modestement.  
La chaise du penseur restera vide.
Parmi les guêpes, le chardonneret élégant est un lointain messager.
Et l’aune s’est fait un nom à même la roche. 
J’aimerais vivre un peu plus haut.  
Tous les hommes ont un destin de bête.
Tout en bas de l’échelle, les égorgeurs de rivières.
Tout en haut les papillons. 

 

22.07.2020

Où cloîtrer le temps ?
Entre les deux platanes ? entre leurs feuilles ?
Entre les mains du vieux monsieur qui passe et repasse.
Dans les gestes de la serveuse qui déplie les tables.
Dans les coups lointains de marteau-piqueur.
Dans les chants de cigales, qui font vibrer la place.  
Place ronde, mon regard saisit le temps.
Les poissons tournent dans le bassin,
Les voitures tournent autour de la place,
Et l’enfant soulève la poussière avec son aiguillon.

 

14.07.2020

Regarde. Arrête-toi. 
Respire. Il n’est personne autour de toi. 
Ou si peut-être : Lierre pourpre, berbéris des aïeux, cerisier de Sainte-Lucie, 
toutes ces plantes que tu nommes pour la première fois, que tu longes ici.
Ou si peut-être. Tous ses corps qui comme autrefois, mais tu l’avais oublié, marchent autour de toi,
animés de cette part non visible, o combien manifeste.   
Je vois ! J’avais oublié ! Je verrais ailleurs 
la tendresse de la matière, 
et tout ce que ma langue a tant de mal à saisir, cueillir, baiser,  
prise au piège le reste de l’espace et du temps de la lumière.   
Mais vois ce banc. Souviens-t’en.
Assieds-toi dans la nuit. 
Que le monde est exotique.  

Avec le songe d’Adèle

Cette nuit, je discutais avec le songe en lui expliquant mes difficultés à publier. La première était que le travail était si délicat qu’une écoute de travers risquait de tout corrompre. Et qu’ensuite, le travail n’avait plus besoin d’être publié, ne représentait pas l’état des matières à venir. Est-ce peut-être pour cela qu’il existe une table des matières dans les livres de bon usage ? Ensuite, je n’arrivais pas à dormir dans le rêve, car quelqu’un avait allumé une ampoule au-dessus de mon lit. Par ailleurs dans le rêve, il n’était pas possible de vivre dans la lumière, comme l’hôte, ses yeux de fillette, ne la supportait pas. J’avais dû avancer deux ou trois autres arguments au songe, sur l’orgueil et la vanité de publier, étant incapable de lui citer mon ami Pierre Drogi sur cette dernière pesée. Et que par conséquent, je n’étais pas en pouvoir de délivrer quoi que ce soit. Un peu comme un arbre auquel on commanderait de commander aux saisons, parce qu’il perd ses feuilles en automne et produit ses fruits en été.

(Vers le 15 juin, par là)

22.06.2020

Il y a quelque chose de merveilleux, 
un étonnement renouvelé à arpenter la Terre, 
Peut-être que le miracle de ce tout qui nous entoure,
de tout ce qui est, 
de ce qui me traverse,
tient-il dans cet étonnement ; 
Que tout est là, oui !
dans l’étonnement de la pierre à être pierre, 
dans l’étonnement de l’arbre à être arbre,
tandis que mes pas arpentent le sentier.  

 

14.06.2020

Tout va bien.
Est-ce la pointe du silence
sur la mer du rien ?
Peut-on nommer rien ce qui entoure ;
Où le verre n’est ni dehors, ni dedans
Mais posé sur la table.
On pourrait boire, mais le corps désaltéré peut le remplir à nouveau. 
Tout va bien. 
Les mots seraient au pire un glaçon 
quel autre usage, ici et maintenant ?
Les laisser fondre.  

 

06.06.2020

Attention, ouvre l’oeil ! le bon ! 
Ne trouves-tu pas ça bizarre ?
Ce cocker… Et cet arbre ?
Tous font comme si de rien n’était.
Ah ah ah ! Même les arbres ! 
Même les marronniers de l’allée ! 
À moins qu’ils sachent, qu’ils marchent droit, et fassent semblant de ne pas voir,
fassent semblant de diversion ! passants, cyclistes, piétons,
que cette manière d’aller, de marcher, soit un leurre ;
Que chacun voie, mais se taise.    
Ne pas faire plus malin que le pigeon qui picore un grain, 
que la roue qui tourne sur elle-même. Allons donc.
Cette dame, assise sur le banc, fait-elle semblant de lire,
Ou prend-elle la posture de celle qui fait semblant de ne pas lire ?    
Tiens, tiens. Ce chien a l’air fort fatigué. 
L’homme assis sur le banc a ses yeux qui lui tombe dans ses mains.  
Cette femme qui ferme les paupières a-t-elle des yeux qui lui poussent. 
Décélération, le monde à bout portant. 

 

20.05.2020

Qui lirait quoi que ce soit ?
Nous avons besoin de silence d’espace et de temps
Chaque jour le langage emporte son flux au fond du caniveau 
Ça ne suffit pas à laver le silence l’espace et le temps
Nous risquons notre vie pour un verbe
Ni avant ni après
Et toute une vie peut tenir sans que la promesse éclose.

 

« Older posts Newer posts »

© 2020 Raphaël Dormoy

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :