Raphaël Dormoy

Littérature, écriture

Category: Poème(s) (page 1 of 6)

02.02.2019

La bouche au bout du pied, 
l’élan dans la langue ;
Vois ces roses que je porte à ma mère, près du coeur  
Je descends l’allée des marronniers 
O grille – les broussailles jettent leurs branches à travers elle,
et scandent : Vive le printemps ! 
Vive le printemps ! 
Arbre qui fait au ciel des figures, inouï,
figées :  une athlète, un danseur.
Printemps proche, proche printemps. 

Poème, les fleurs

Les fleurs, ça ne dit rien
Ça ne dit rien des fleurs qui m’ont fait dire « les fleurs »
Les fleurs
Elles sont de toutes les couleurs,
mais ça ne dit rien de leur couleur
Ce n’est pas tout à fait vrai :
elles sont dans les tons pastels
Quel est leur nom déjà, à quoi ressemblent-elles ?
Tout ceci ne dit rien des fleurs qui m’ont fait dire « les fleurs »
et qui font que je les regarde encore ;
et tout ceci de dit rien du vent qui fait bouger leurs pétales
et leur tige.
Tout ceci ne dit rien des fleurs que je regarde
Qui donc les a aimées ?
Qui donc les a plantées ?
Combien sont-elles au mètre carré ?
oh, c’est un grand mètre carré
au moins ça par ça que j’aurai étiré ;
Que n’ai-je point fait au coeur de l’hiver
de venir me substanter, comme d’autres de votre nectar,
moi de votre beauté.

09.01

05.01.2019

Les enfants 
Le spectacle 
Les enfants 

28.12.2018

Il y a peut-être, toujours, ce désir renouvelé
de voir les choses 
des prisons
nous nous infligeons des prisons, 
certains se les infligent avec un grand jardin, d’autres avec un espace minuscule, 
nous allons d’une prison à l’autre, en attendant la délivrance ,
si ça se trouve, nous pourrions nous retrouver circonscrits à un point 
après la mort, 
ou, enfermés dans le rien, 
ce qui serait le comble de l’ironie.

22.12.2018

Je suis nulle part entre le jour et la nuit 
Je ne remarque pas cette inquiétude dans les yeux des passants 
Je remarque des yeux tournés en soi ; pas la flamme blanche
parfois une lumière, parmi les gyrophares
parmi les lumières et les enseignes 
Il est normal que les moineaux récoltent les miettes 
le pain se fabrique à l’entrée du jour. 

17.12.2018

Un ou deux poèmes, pas plus 
après tout c’est un bon salaire ;
Avec cette monnaie, on ne paiera rien, de matériel sur Terre 
avez-vous essayé ? 
Pourtant, un beau poème ravit autant qu’une bonne clémentine
Et mille fois le même poème dans mille mains font 
mille clémentines dans mille autre mains ; 
me voilà riche ! 
Me voilà riche d’un poème.  

02.12.2018

accepter la finitude
ne plus savoir où l’être respire 
même si le passage d’une roue rend l’adhérence de nouveau palpable
une cuillère suffit 
les gouttes d’enfant, d’oiseau, de pluie  
les premiers besoins seraient d’être vêtu et manger 
le reste est donné

31.10.2018

Un monde où chaque jour l’énergie se consume à faire vivre
une lampe ; 
Une lampe, probablement magique, puisqu’elle apparait. 
Peu importe l’énergie consumée pour faire vivre cette lampe.
Cette lampe serait possible en chaque instant : 
Il suffit de la voir, même quand elle n’est pas là,
Il suffit de la savoir même si elle n’apparait pas ;
C’est son autre côté magique.
Cette lampe ne fait rien pour qui l’admire ; son miracle est ailleurs.

26.09.2018

Je ferme les yeux, 
Je ferme les paupières sous le soleil.
L’environnement retrouve sa clarté.
Les cris d’enfants, les joies de pelles, retrouvent leur clarté première. 
Les bruits s’entremêlent dans cette clarté joyeuse.
Un instant suffit pour tout perdre,
pour voir le château disparaître.   
Mystère enfui, enfoui sous les sables.  

 

07.09.2018

Fenêtre entrouverte, le houx luit autrement. Le houx, dans l’entrebâillement de la fenêtre, propage un peu de son éclat dans le houx de la vitre. Ce n’est pas le même houx, dirait-on, qu’autrefois. De même il en va des troènes, dans la fenêtre entrouverte, dont les branches bougent derrière celles du houx, lentement. Si le vent était langage, réussirait-il à mouvoir ces lettres? Fenêtre entrouverte, chair du monde. 

Older posts

© 2019 Raphaël Dormoy

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils