Raphaël Dormoy

Littérature, écriture

Catégorie : Poème(s) (page 1 of 8)

16.06.2019

C’est vrai. 
Après tout, pourquoi attendre
Les péages, la vitesse. 
Il suffit que la gare ait une panne, 
Tout s’arrête, s’assoit, se fige.
Pourquoi attendre ; devant la machine. 
Je suis ébahi de celui qui, sur une marche de gare, traverse mille lieux, mille gares,
mille paysages.

 

13.06.2019

Voilà moi
Toujours à m’émerveiller d’un caillou, petit, bien lisse
Et à faire sur l’étendue des ricochets,
les plus loins,
Je n’ai pas fait de château moi, pourtant Et pourtant.

26.05.2019

Le pas de côté
faire un pas de côté, 
qu’il est dur à faire, 
toujours un truc à faire ;
Pas de côté 
penser le pas de côté, 
non, au contraire,
le truc à pas faire !
Aller tout droit 
comme si de rien n’était.

 

25.05.2019

Quand je m’arrête, wouaoh 
Tout l’espace retrouve sa clarté
Tout respire : et pas que la couleur des géraniums, rouges, à leur balcon,
même le gris sous les pas du pigeon boiteux. 
D’où vient cette impression de redécouvrir pour la première fois ? 
Toutes mes pensées m’ont quitté
J’avais peut-être les paupières trop ouvertes, 
Il suffit d’une pour que les autres suivent, toutes s’envolent.
« Je vois » « je vois », clame-t-il rue Delambre. 
L’espace et le temps ici sont magnifiques,  
ainsi que les personnes qui passent. 
Tiens, voici un pigeon qui s’est posé sur le balcon d’en face. 
Me souviendrai-je de ce moment ?  
ou le poème ne sera-t-il que le souvenir lointain, mort ? 
Je croise les pattes. 

21.05.2019

Je prends mon risque,
Je suis dans la poésie
C’est plus casse-gueule que le langage
(Certains se vêtent avec élégance,
d’autres prennent ce risque)
C’est plus casse-gueule que le langage :  
Le vertige le mot, le mot le vertige ; 
Je prends ce risque au quotidien
je suis assis dans le RER ;
C’est comme un guépard assis dans un RER 
Vous le trouvez assorti au tissu
Mais ça s’arrête là
C’est pareil pour le siège. 

19.05.2019

Je m’an . cre 
Je m’enra . ce 
Je veux
Je bran che 
J’éclos 
Je . clo . che 
Je bran che 
Je tou che
Je bran che  
Je tou . che 
Je . che
Tout est dans les 
Je chut . e 

29.04.2019

Derrière la vitre, un autre monde ; un autre monde luit. 
Je suis allongé. 
Pourtant, si j’ouvrais la vitre, pour m’y rendre,
je passerais de l’autre côté, dans le monde ancien ; 
dans le monde ancien que mes pas arpentent chaque jour, chaque matin.
Il faudrait que cet autre monde entre ;
comme il entre à cet instant ;
autre monde, auquel j’appartiens pleinement.

21.04.2019

se libérer des dernières peurs
la peur est comme un poste-frontière, un douanier, une guérite 
une illusion de flamme plus qu’une allumette, beaucoup plus que la lumière que nous connaissons,
mais qui par son illusion de flamme devient flamme, vous brûle les doigts (On se souvient de la douleur)
se libérer des dernières peurs 
la vie n’est pas cette grille cochée dans la fenêtre, au feutre noir, qui finit par obstruer le passage de la lumière, du jour
jusqu’au mouvement :  si le corps devient une allumette (le risque est grand). 
se libérer des dernières peurs
objectivement tu as tout : Un corps, de l’eau, un coeur 
il suffit d’oser batifoler dans la lumière – loin des tableaux, des représentations –
là où l’obscurité est la plus grande
ici, que pourrait-il t’arriver

14.04.2019

Monde déjà su.
Monde déjà vu. Ou peu.
Monde familier malgré le néant qui sépare ce monde
de mes yeux de mon corps de mes mains.
Monde-présent passant comme une promesse d’avenir
Comme un chez-soi malgré les limites qui me séparent de sa présence.
Ce monde est-il peut-être à l’image de mon être ? Lui qui défile dans la fenêtre
au moment où le tunnel le ferme sous mes paupières.
C’est peut-être allé loin (loin en spéculation). Et pourtant ce monde est bien là
Ce monde familier dont je suis aussi le dépositaire par la présence de mes mains, de mon corps de mes yeux.

09.04.2019

Que faire de cette durée, dont nous sommes les passagers 
Au-dessus les flots, au-delà les mers.
Le corps gagne enfin la surface des rêves.
Et qui contemple cette liberté ? 
Cette durée contenue dans le mot-clé : cette durée
Cette durée où l’éternité est un point (franchi)
Cette durée qui passe outre,
Qui se souviendra de la clé ?

« Older posts

© 2019 Raphaël Dormoy

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :