Littérature, écriture

Catégorie : Poème(s) (Page 1 of 15)

27.02.2021

Le ciel ne sait rien des oiseaux
ni du ciel,
ni de nos joies ni de nos peines.
Les hommes attendent sous l’écran
avec leurs yeux grands ouverts comme bec
l’horaire du train ;
Tandis que les pigeons
sont en amour pour une fois.
Le ciel ne sait rien du ciel,
ni de nos joies ni de nos peines.
Mais le soleil sait retrouver son fils
Et tous les êtres de lumière.

 

22.03.2021

La Seine charrie sa durée.
L’homme charrie la sienne dans l’interstice des jours.
Nous construisons le ciel, ou des naufragés
Quels poids avons-nous sur le cours ?
Allons, laisse-toi, laisse-toi aller. Epouse le mouvement des secondes, des jours,
des saisons. Déleste-toi
et tant pis pour ce que le courant emporte.
Concentre-toi sur le voyage,
Concentre-toi sur ta propre lumière,
comme le font les oiseaux migrateurs.
Ce qui appartient à la durée retourne à la durée.
Allège-toi.

 

19.03.2021

Deviens bougie, éteinte ou allumée
mais deviens bougie, sans destination
Au-dessus des mouvements : chant d’enfant,
mouvement du train, mauvais regard, allant allant sur les
courants phénoménologiques.
En dessous du ciel ou de
—qui te semble beau à voir,
Ou quelque soit le plan, dessus dessous,
puisque le plan est sans direction.
Flotte, petite bougie, flotte. Au-dessus des eaux, de la
Seine, du prochain arrêt, du printemps, des marronniers.
Une main voyante, délicate, te trouvera
et trouvera ta mèche en partie consumée.

09.03.2021

Le langage, cet exotisme. 
La langue anglaise, cet exotisme. Comme une plante verte, ou bleue,
à l’entrée des bureaux, des gares,
occupant une place près de soi dans un train de banlieue. 
Parfois, en ouvrant les yeux, le monde des hommes devient lui aussi d’un grand exotisme : un humain qui lit le journal, des sièges ; une caquette. D’autres humains qui rentrent et s’assoient. Le sac à main d’une dame, de couleur noire. Le poussoir sur la vitre pour l’ouvrir, c’est très étonnant
Oui, l’homme est d’un grand exotisme, avec ses rails, ses cheminées en haut d’immeuble, ces trains à quai, ces hommes vêtus de rouge sur les voies ferrées. Alors oui,
à y voir de plus près,
de manière plus lucide, ces petits actes du quotidien, ces contrariétés, sont de même nature que le caillou sur le chemin de la pousse, que le trop plein d’ombre d’une feuille sur le chemin de l’héliophile, ou la bourrasque pour la plante frileuse que je suis. 
Et le ciel ? Et les étoiles ?
Mince ! mon arrêt. 

 

06.03.2021

Pourquoi les humains
Sont-ils plus assis sur les bancs au soleil
que ceux à l’ombre ?
Et, pourquoi les moineaux ont-ils une appétence
à rendre sonores les haies et les buissons,
– de charmes, de laurier-tin et de troènes –,
plutôt que les arbres que les mésanges préfèrent.
Pourquoi existe-t-il des fleurs, des saisons et des arbres, sur une planète quelque part,
Et des arbres qui préfèrent donner leurs fleurs au printemps plutôt qu’à l’hiver?
(Et pourquoi notre langue ne sait-elle pas conjuguer le verbe éclore ?)
Pourquoi la vie a-t-elle ses préférences de lumière, de formes, et de couleurs ?
Et pourquoi un homme s’est-il arrêté devant le square Paul-Painlevé
pour regarder tout ceci. 

22.02.2021

Sors ! Sors du sort.

Sors du sort pour être de nouveau
le passager
qui contemple la mer,

(l’amer a de beaux jours).

Sort.
Sors encore : beaucoup plus loin ! plus haut.
Sois le phare, ou le point, qui permet au promeneur
de toucher le rivage.

Sortilège. Alors que tout est là ! déjà.
O merveille

Sors. Sors encore,
encore et en corps,

Car qui tiendrait la seconde suspendue, une fois suspendue ?
le bâton vertical, une fois vertical ?
et l’oeil oeil qui se referme toujours,

Sor encor.

 

18.12.2020

Ici, la beauté est morte. 
L’homme a retrouvé son destin de bête (un habit de primate)  :
Voici sa conquête, c’est la victoire de celles et ceux qui lèvent les bras en forme de V, 
et qui retournent les tombes comme des fétus de paille.    
Pourtant, souviens-toi : Chaque pas est une victoire,
Sois joyeux pour ça, et le suivant,    
et pour le vide qui se reforme sous tes pas.  
L’âme est un brûleur qui fonctionne à plein régime,
Et parfois le poème est ce jet, flambant, 
plein gaz, dans la montgolfière des jours.
Avant de voir à nouveau le silence. 

 

24.09.2020

Enfin, enfin !
Enfin, je ne suis plus obligé de dire que «la chaise» est la chaise.
Je puis relâcher la pression, et m’asseoir,
Me laisser emporter par le mouvement du train ;
Quelconque, sans obligation de dire :
J’ai relâché le costume.
Je l’ai posé à côté de moi,
Je suis posé à côté de lui,
Cet autre qui sourit dans la nuit.

 

05.02.2021

Ne pas avoir l’habitude des chemins déjà arpentés,
Même si nous les arpentons ce jour encore ;
Quoiqu’il ne s’agisse pas non plus de la première fois
Quand ce chemin fut arpenté
Car la première fois il n’était pas chemin.
Au contraire, ralentir ;
Et se sentir prêt, une fois encore, à rencontrer. 
Il s’agirait ici du bain des moineaux,
Dans un arbre voisin, à l’angle des rues Camille Flammarion et Daumesnil.
Mais cette simple perspective déploie un arbre géant, 
Avec des milliers de chemins à arpenter,
Et l’oeil presque neuf, qui reçoit tout pour la première fois. 

 

« Older posts

© 2021 Raphaël Dormoy

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :