Raphaël Dormoy

Littérature, écriture

02.12.2018

accepter la finitude
ne plus savoir où l’être respire 
même si le passage d’une roue rend l’adhérence de nouveau palpable
une cuillère suffit 
les gouttes d’enfant, d’oiseau, de pluie  
les premiers besoins seraient d’être vêtu et manger 
le reste est donné

25.11.2018

Peut-on penser la production d’un écrivain, dont les textes, dont les phrases, dont chaque ligne, seraient inaperçus ? Comme si l’oeuvre se faisait en deçà de la page, et que les pas se confondaient dans le bruit, sans être audibles. La page serait alors une sorte de sanctuaire dans l’espace foulé, lumineuse et blanche, et métaphore totale de l’espace habité. De l’écrivain, il ne resterait rien si ce n’est dans la promiscuité des textes la manifestation de cet espace où le monde continuerait à circuler, librement, où les pas iraient dans des directions, et selon des pentes, qui échapperaient à la captation du regard. Et cette page se réaliserait en tout lieu, en tout monde, en chaque instant. On fréquenterait cet espace par incidence, sans le rencontrer vraiment, avec la ferme conviction ou le génie de croire que cet espace fut, non pas nécéssaire mais, vital.   

18.11.2018

les feuilles mortes 
entre les secondes tombent
je les suis, ravi 

Livre pauvre réalisé avec Ursula Caruel

Livre pauvre réalisé avec l’artiste Ursula Caruel 
Son titre serait un poème, Gaufrage et linogravure 


Son titre serait un poème – « Le réel est subversif, dis-tu. Comme les fleurs. Tu aurais aimé tout contenir, dis-tu. Comme la branche. Tant pis pour ce qui déborde, soupires-tu. Tu t’émerveilles des morceaux de feuilles que ta main contient, parmi des tickets de métro, et des fourmis, trouvés au fond des poches. C’est déjà beaucoup, dis-tu ; et peu, en levant les yeux. Tes yeux se ferment. L’issue est dans les rêves, dis-tu. On suppose un monde. Le jour comprendra. »  Comme les fleurs, 7 avril 2018.

Livre pauvre – Six exemplaires numérotés 

Site de l’artiste Ursula Caruel : http://www.ursulacaruel.com/

Livre pauvre – Son titre serait un poème – Raphaël Dormoy et Ursula Caruel

31.10.2018

Un monde où chaque jour l’énergie se consume à faire vivre
une lampe ; 
Une lampe, probablement magique, puisqu’elle apparait. 
Peu importe l’énergie consumée pour faire vivre cette lampe.
Cette lampe serait possible en chaque instant : 
Il suffit de la voir, même quand elle n’est pas là,
Il suffit de la savoir même si elle n’apparait pas ;
C’est son autre côté magique.
Cette lampe ne fait rien pour qui l’admire ; son miracle est ailleurs.

14.10.2018

La lune pose 
le grand paysage 
C’est le grand soir 

 

06.10.2018

Chaque soir le ciel 
jamais le même et pourtant 
le même présent 

26.09.2018

Je ferme les yeux, 
Je ferme les paupières sous le soleil.
L’environnement retrouve sa clarté.
Les cris d’enfants, les joies de pelles, retrouvent leur clarté première. 
Les bruits s’entremêlent dans cette clarté joyeuse.
Un instant suffit pour tout perdre,
pour voir le château disparaître.   
Mystère enfui, enfoui sous les sables.  

 

07.09.2018

Fenêtre entrouverte, le houx luit autrement. Le houx, dans l’entrebâillement de la fenêtre, propage un peu de son éclat dans le houx de la vitre. Ce n’est pas le même houx, dirait-on, qu’autrefois. De même il en va des troènes, dans la fenêtre entrouverte, dont les branches bougent derrière celles du houx, lentement. Si le vent était langage, réussirait-il à mouvoir ces lettres? Fenêtre entrouverte, chair du monde. 

02.09.2018

Le bourdon se pare 
d’une robe délicate 
fleur de sauge 

« Older posts

© 2018 Raphaël Dormoy

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils