Je ne connais rien de ce qui m’entoure
Je ne sais rien nommer
Je suis dans le train train du jour
Je sais le soleil comme les bêtes des prés
Derrière la vitre je vois l’étendue
Je vois le contour des cimes
Je me souviens d’un cri
Mais qui se souvient du monde ?